Comment bien choisir sa carte plastique ?

Choisir un type de carte

Le choix de sa carte plastique ne doit pas se faire au hasard ou sur des critères seulement esthétiques. Elle doit correspondre aux futurs usages qu’en aura le client final afin que ce dernier en soit pleinement satisfait. Elle pourra être munie d’options pour permettre un fonctionnement fluide et une expérience client optimale.

La Carte reste un lien physique fort entre l’enseigne et son client. A ce titre, elle doit véhiculer les valeurs de l’entreprise émettrice en restant un outil efficace sur le plan technologique. La plupart des cartes plastiques sont au format carte bancaire parce que tous les outils de production sont calibrés sur ce format et que cela correspond aux formats des portefeuilles et des porte-cartes standards du marché.

Cela permet d’obtenir un coût de fabrication au plus bas avec une qualité de finition correspondant aux exigences élevées des utilisateurs. Il est donc préférable de ne pas sortir de ce format pour éviter un classement vertical dans la poubelle par l’utilisateur final ! Elle doit aussi avoir une résistance physique suffisante pour accepter les multiples frottements et torsions qu’elle subira durant sa durée de vie, qui toutefois n’excède guère 2/3 ans en général.

Préférer la qualité

Le standard ISO CB satisfait pleinement ces exigences avec une épaisseur et une souplesse adaptées et qui sont validées par des années d’expériences de la part des fabricants et des utilisateurs. Pour les sociétés qui veulent mettre en avant leur engagement environnemental, il existe des matériaux biodégradables ou écoresponsables avec les mêmes qualités techniques que le PVC standard. La norme technique de la carte plastique au format CB implique un laminage de surface qui vient protéger l’impression se trouvant sur le cœur PVC en dessous.

Le laminage est une couche de PVC transparent très fin qui vient protéger les encres d’impression afin de leur assurer une excellente tenue dans le temps. De plus, ce laminage permet de personnaliser les Cartes en transfert thermique ou en sublimation couleur. Donc sans ce laminage, l’impression s’effacerait rapidement et altèrerait votre image de marque et la lisibilité des données inscrites sur la carte.

Il vaut donc mieux passer par un professionnel reconnu pour faire réaliser ses cartes pour ne pas avoir de surprise au bout de quelques semaines... Les options techniques que peut comporter une carte plastique servent principalement à identifier son porteur ou à permettre à ce porteur d’accéder à un lieu sécurisé. Dans le cas d’une fonction principale d’identification, la carte sera personnalisée avec des noms, prénoms, numéros, codes-barres ou QR codes afin d’être lue par un vendeur, un agent de sécurité ou un appareil d’identification informatisé.

Dans une application comme FideliCloud, le code est une entrée dans un logiciel qui permet d’obtenir un historique des opérations du porteur de carte et la constitution d’une base de données à des fins statistiques ou commerciales. Pour les QR codes et les codes-barres, il faudra prendre soin de les positionner sur une zone blanche afin d’optimiser le contraste de lecture entre le noir du code et le blanc de fond de la Carte. C’est primordial pour que la lecture se fasse dans de bonnes conditions afin d’éviter les erreurs de lecture des codes. Dans le cas d’un usage principale de contrôle d’accès, on peut avoir recours en plus des codes-barres à des cartes à puces sans contact (type RFID) qui ont l’immense avantage de pouvoir contenir une grande quantité de données et de pouvoir être lues par les lecteurs du site à contrôler. La plupart des lecteurs servent aussi à encoder les cartes à puces quand les données contenues sur celles-ci doivent être mise à jour dans le cadre de leur fonctionnement normal. Par exemple, on peut mettre à jour un montant de points de fidélité, l’adresse qui change pour le porteur ou un code d’accès mis à jour régulièrement. La puce permet aussi une bien meilleure sécurisation de la carte mais nécessite un environnement informatique très performant et donc plus onéreux. Dans ce cas, c’est généralement le système de sécurité mis en place qui déterminera le type de carte à puce utilisée et non pas l’inverse.

Opter pour un visuel attrayant

Enfin, lorsque les critères techniques sont remplis, il faut soigner le design de sa carte afin qu’elle corresponde à la charte graphique de l’enseigne émettrice et aux promesses qu’elle implique pour le bénéficiaire de la carte. La carte doit être reconnaissable au milieu des autres cartes que chaque porteur possède afin qu’il puisse la retrouver aisément dans son porte-carte. Elle doit donc comporter le logo de l’enseigne et les couleurs caractéristiques qui y correspondent. Les textes doivent être lisibles et si elle est nominative, les noms, prénoms et numéros doivent être mis en valeur pour que le porteur de carte se sente reconnu. Il faudra tenir compte de la taille réduite de la carte afin de ne pas surcharger le visuel et plutôt miser sur la sobriété pour un impact visuel maximal.